Le premier supermarché en circuit court

Categories:presse
Locavorium

logo-midi-libre

Midi Libre
21 Novembre 2015

Le Locavorium centralise les productions d’origine locale et solidaire.
Ouverture samedi 28 novembre, Zac du Rieucoulon à Saint Jean de Védas.

2015-11-21-article-midi-libre-locavorium-photo-3-fondateurs

Locavore ? Quesaco ? » diraiton par chez nous ! « Ce sont ceux qui mangent ce qui est produit sur place », explique Jessica Gros. Ici, pas d’avocats, ni de mangues et la banane, on la retrouve sur les visages de Jessica Gros, Damien Roux et Thibaud Piroux. Ces trois jeunes ingénieurs agronomes de 25 ans ont tout investi dans ce projet un peu fou. Dans un local de 300 m², le premier supermarché exclusivement approvisionné par des produits de moins de 150 kilomètres. Le Locavorium ouvrira ses portes samedi 28 novembre dans la Zac du Rieucoulon. Fruits, légumes mais aussi viandes, volailles, oeufs, miel, farine, sucre, fromages, huitres, moules, conserves, pains, bières et vins, hygiènes ou plats préparés maison, bref, tout pour remplir son frigo et ses placards différemment.

Ni une épicerie bio, ni un marché des producteurs, ni une AMAP : mais bel et bien les 3 à la fois !

Niché entre les magasins de moto et une grande enseigne de jouets, impossible de sortir de la Zac du Rieucoulon sans passer devant le Locavorium. Le drapeau occitan flotte sur le portail. Les trois mousquetaires de la distribution locavore ne sont ni des entrepreneurs, ni des geek. Cependant, à 25 ans, les trois camarades de promo utilisent tous les outils de leur génération. « Grâce à un financement participatif local, nous avons récolté 10 000 € de 200 donateurs. Cela a convaincu le banquier pour l’obtention d’un prêt », raconte Damien, car leur projet est unique. Jessica Gros l’explique : « Les producteurs n’ont pas toujours le temps ou la fibre pour vendre leurs produits : nous le faisons pour eux.« 

Au Locavorium, on retrouve toutes les bonnes idées de la grande distribution : accessibilité, hygiène, choix et stock ainsi qu’un drive, et un accueil pour les professionnels de la restauration. « Pour l’instant, nous avons cinquante producteurs, avec plus de 500 références, qui adhèrent déjà à notre charte qualité. Nous visitons les exploitations, goûtons les produits et vérifions que tout est en circuit-court« , précise Thibaud. Les étagères sont montées, les étals en bois n’attendent que les victuailles de produits bio mais aussi de ceux issus de bonnes pratiques agricoles. Les caisses et balances électroniques sont prêtes et les chariots postés devant le vitrine. Les banques réfrigérées ronronnent, la cave à vin et la boulangerie trépignent d’accueillir les premiers clients. Dans un coin Maya Renault, traiteur, concoctera des plats à emporter avec les produtis de la boutique. Déjà on prévoit des dégustations. Ca donne faim, envie de faire ses courses autrement avec des produits d’ici et pas d’ailleurs.

Author: